Refonte de site Internet : Comment réussir la vôtre en 2022 ?

Par Gabriel
Personnes qui font des maquettes pour la refonte d'un site Web

Un projet Web ?

Une demande devis, un accompagnement pour la création d’un site internet, d’une boutique en ligne pour de la vente sur internet ? Vous souhaitez réaliser un projet web sur-mesure ? Vous êtes à la recherche d’un freelance spécialisé en création de sites Web et référencement naturel ? Demandez gratuitement votre devis, je vous répondrais dans les meilleurs délais !

Les sites Web évoluent à un rythme exponentiel. En 2022, vous ne pouvez plus vous permettre de garder le vôtre sans y apporter de modifications pendant plusieurs mois.

En d’autres termes, cela signifie qu’il faut régulièrement procéder à une refonte de votre site Internet. Cette dernière peut être intimidante dans le sens où elle représente un certain budget et dans le sens où les résultats ne sont pas toujours en rendez-vous.

Dans cet article, je vous montre tout mon processus de refonte de site Web en passant de l’analyse de l’existant à ma stratégie de mise en place complète. C’est elle qui me permet aujourd’hui de faire de chacune de mes refontes, une réussite.

Je vais commencer par vous expliquer tout ce qu’il y a à savoir sur les refontes afin que vous preniez conscience de ce qu’elle peut apporter à votre entreprise. Ensuite, je vais vous expliquer comment savoir si vous devez en faire une (ce n’est pas toujours le cas).

Enfin, nous rentrerons dans le vif du sujet et je vous guiderai pas à pas dans votre refonte en commençant par une bonne préparation qui rendra la suite du processus diaboliquement efficace.

Bonne refonte ! 

Qu’est-ce qu’une refonte de site Web ?

Une refonte de site Web implique de modifier des éléments tels que le code, le contenu, la structure et les visuels de votre site Web actuel afin de mieux servir vos visiteurs. Une bonne refonte de votre site a donc tendance à augmenter votre taux de conversion, vos revenus, à réduire votre taux de rebond et à améliorer l’expérience utilisateur (UX).

Elle est à différencier d’un simple rafraîchissement du design de votre site. En effet, lors de ce dernier, c’est généralement uniquement la charte graphique qui est changée (nouvelle typographie, nouvelle palette de couleurs ou encore, de légers ajustements pour mieux servir l’expérience utilisateur).

À quoi sert une refonte de site Internet ?

Il faut moins d’une seconde aux internautes pour décider s’ils aiment ou non votre site Web. Durant cette première seconde, 88% d’entre eux ne reviendront pas s’ils ont eu une mauvaise expérience (pages longues à charger, design daté, bugs d’affichages, etc.).

Ces deux affirmations répondent à elles seules à l’utilité d’une refonte puisqu’une personne qui quitte votre site aussi rapidement qu’elle est venue est une personne qui va avoir une mauvaise vision de votre entreprise, qui ne va pas se convertir en prospect ou en client et donc, qui ne va pas vous permettre d’augmenter votre chiffre d’affaires (bien au contraire).

Pour vous fournir une réponse un peu plus détaillée, l’idée derrière ce processus est d’améliorer l’expérience utilisateur afin de tirer le meilleur parti de votre trafic Web actuel et de faire de votre site Internet votre meilleur outil de vente.

Dessin d'un bureau d'un designer avec un ordinateur, une plante, un clavier et une tablette graphique

Dans notre monde actuel, de nouveaux principes visant à améliorer l’expérience utilisateur sont créés tous les jours. En effet, la demande des utilisateurs/consommateurs/internautes ne cesse d’évoluer.

Ainsi chaque mot et chaque élément que vous mettez sur votre site Web doivent être pensés en fonction de ces évolutions. Cela permet de donner une bonne impression dès la première seconde passée sur l’une de vos pages.


De plus, les tendances en termes de design évoluent constamment. La couleur, les images et la disposition de vos contenus ont un impact immédiat sur les décisions que prennent les internautes lorsqu’ils visitent votre site.

Au fur et à mesure que les tendances évoluent et changent, l’utilisation d’anciens repères visuels peut être déstabilisante ou difficile à lire et à manipuler pour un visiteur. 

Prenons un exemple grossier. Peut-être que demain, la couleur rouge sera mieux perçue par le cerveau humain que la couleur verte. Ainsi, un bouton rouge sur un site ne nous encouragera plus à faire la même action qu’hier.


Enfin, un bon contenu est quelque chose qui peut vous aider à vous démarquer de la concurrence. Cela peut se faire par le biais de textes, de vidéos, de didacticiels, etc. Le marketing de contenu est devenu très important et peut jouer un rôle énorme dans le succès de votre entreprise.

Cependant, si votre site Web commence à avoir un certain âge, il est fort probable que vous n’arriviez pas facilement à mettre à jour et à ajouter de nouveaux contenus sur votre site Web.

Une refonte ne sert pas uniquement à modifier l’aspect esthétique ou l’expérience utilisateur d’un site, mais aussi à régler les problèmes situés de votre côté.


Finalement, tout le processus de refonte vise à faire en sorte que :

  • Votre site Web change au même rythme que change l’entreprise ;
  • S’adapte au goût des utilisateurs ;
  • Suive les critères de classement des moteurs de recherche ;
  • Utilise les nouvelles technologies ;
  • Et surtout, s’adapte à vous ;

Quand faire une refonte de son site Web ?

C’est une chose d’avoir un site d’entreprise, mais d’en avoir un qui soit à la fois fonctionnel et efficace en est une autre. Comme nous venons de le voir, votre site doit s’adapter aussi bien aux tendances qu’aux nouvelles technologies utilisées pour améliorer l’expérience utilisateur.

Dans cette optique, une refonte devrait toujours être en court sur votre site. C’est ce qu’on appelle une refonte évolutive.

(nous en parlerons plus en détail dans le dernier chapitre de ce guide)

Il est rare qu’une entreprise dispose de suffisamment de ressources en termes de budget et de temps à allouer à une refonte évolutive.

On estime donc que la durée de vie moyenne d’un site Internet est de 1,5 à 2,5 ans. Passé ce délai, votre site est plus en train de nuire à votre entreprise que de l’aider à se développer.

Pour voir où vous vous situez, voici une liste non exhaustive des principaux éléments qui devraient vous mettre la puce à l’oreille concernant la nécessité d’une refonte :

  • Lorsque vous regardez vos principaux concurrents, votre site n’est pas (encore) le plus beau. Or, les internautes apprécient la fiabilité d’un site à son design. En d’autres termes, le design a une influence directe sur votre réussite commerciale ;
  • Les produits ou services que vous proposez ne reflètent plus votre offre actuelle ;
  • Votre site Web ne reflète pas fidèlement votre marque ;
  • Le contenu de votre site Web est ancien et n’a pas été mis à jour depuis des mois (ou depuis des années). Peut-être que votre équipe n’est plus la même, peut-être que votre offre a changée, peut-être que vos projets ne sont plus les mêmes… 

6 éléments à prendre en compte avant de procéder à une refonte (évolutive) de votre site Internet 

Dessin de personnes qui font une refonte de site Web sur un ordinateur bleu

Si vous ne vous posez pas les bonnes questions, une refonte de site Internet peut tourner à la catastrophe. Pour éviter que cela ne se passe, voici 6 éléments à prendre en compte avant de procéder à la vôtre :

  1. Quelles sont les pages les plus importantes de votre site ?
  2. Quelles sont les personnes qui visitent votre site ? Que veulent-elles ?
  3. Qu’est-ce qui fonctionne actuellement sur votre site Web ? Qu’est-ce qui ne fonctionne pas actuellement sur votre site ? (taux de conversion, erreur(s), expérience utilisateur, fonctionnalités…)
  4. Qui va être impliqué dans la refonte de votre site Internet ? Vous, bien évidemment, mais qui d’autres ?
  5. Quels sont les indicateurs clés de performance (KPIs) qui vous permettront de savoir si la refonte a été une réussite ? (nombre de conversions, taux de conversion, nouveaux clients, pages vues, taux de rebond, etc.)
  6. Quoi changer et comment le tester ?

Toutes ces questions sont celles que je me pose avant de procéder à n’importe quelle refonte. Je pense sincèrement que vous devriez en faire de même 😊.

Pour vous aider à y voir un peu plus clair, voyons ces 6 points de plus près.

1. Quelles sont les pages les plus importantes de votre site ?

Votre site Web a forcément des pages qui performent mieux que d’autres. Il est important de les identifier pour comprendre ce qui fait qu’elles performent aussi bien, mais surtout pour les traiter avec le plus grand soin lors de la refonte.

Considérez ces pages comme les piliers de votre projet Web. Il serait risqué de les démolir entièrement pour les reconstruire par la suite. 

En effet, en procédant de la sorte, vous courrez le risque de perdre énormément en trafic, en conversion et par conséquent, en chiffre d’affaires.

Une bonne stratégie pour identifier vos pages les plus importantes serait de les classer comme suit :

  1. Mettre de côté les pages à fort trafic et à conversion élevée. Ce sont celles que vous devez aborder avec le plus de prudence. En général, il est plus judicieux de ne pas toucher à ces pages (sauf dans le cas d’A/B testing, mais nous y reviendrons plus tard) ;
  2. Identifier les pages à faible trafic et à conversion élevée. Ici, une refonte permettra aux pages de mieux se classer et de se ranger dans la catégorie n° 1 (pages à fort trafic et à conversion élevée). Vous devez cependant veiller à ne rien casser de ce qui fonctionne déjà ;
  3. Y aller fort avec les pages à fort trafic et à conversion faible. Vous ne risquez rien à revoir ces pages. En effet, vous ne risquez pas de perdre en conversion avec les modifications que vous apporterez. Vous pouvez donc vous permettre d’apporter des modifications un peu plus expérimentales ;
  4. Mettre le paquet sur les pages à faible trafic et à faible taux de conversion. Ces dernières représentent les pages sans risque de votre site Web. Vous ne risquez absolument rien à les modifier, vous pouvez donc mettre le paquet. Dans certains cas, il est même préférable de les désindexer et de les supprimer ;

En suivant cette stratégie, vous vous assurez de ne pas casser quelque chose qui fonctionne déjà bien et surtout, de ne pas diminuer vos conversions. Un changement brutal sur des pages à fort trafic et à fort taux de conversion serait fatal pour votre entreprise…

… tout du moins pour la partie Web de votre entreprise. 

Il serait quand même bien dommage d’en arriver là pour une simple refonte censée, à la base, améliorer l’image de votre marque, votre référencement dans les moteurs de recherche, l’expérience utilisateur ainsi que votre taux de conversion.

Comment identifier les pages les plus importantes d’un site Web avec Google Analytics ?

Pour identifier ces pages, nous pouvons utiliser Google Analytics, mais n’importe quel autre outil d’analyse fera l’affaire. 

Capture d'écran de Google Analytics > Acquisition > Canaux
Google Analytics > Acquisition > Tout le trafic > Canaux

Dans Google Analytics, nous allons dans Acquisition > Tout le trafic > Canaux. 

Ensuite, en haut à droite de l’écran affiché, nous définissons une période. Si vous avez déjà procédé à une refonte, mettez la date à laquelle s’est terminée cette dernière puis la date d’aujourd’hui.

Si vous n’avez jamais fait de refonte, mettez la date de naissance de votre site Web et la date d’aujourd’hui. 

Dans l’exemple ci-dessous, le site n’a qu’à an. Ainsi, la période correspond à la date de création du site et à la date d’aujourd’hui.

Choix de la période de visualisation

Dans le tableau en dessous du graphique, cliquez sur « Organic Search » afin d’avoir uniquement les pages qui ont été visitées grâce aux requêtes tapées par les internautes dans les moteurs de recherche. Si vous le souhaitez, vous pourrez faire la même manipulation pour les pages vues grâce aux réseaux sociaux (« Social »), les pages vues grâce au trafic direct (« Direct » correspond aux internautes qui ont directement tapé l’URL de votre site), etc.

Visualiser uniquement l’acquisition du trafic via les moteurs de recherche

Dans le nouveau tableau qui s’affiche, cliquez sur le menu déroulant « Dimension secondaire » > « Comportement » > « Page de destination ».

Vous voyez à présent quelles sont les pages de votre site Web qui convertissent le plus en fonction du nombre d’utilisateurs, du nombre de sessions et du taux de rebond. 

Dimension secondaire > Comportement > Page de destination
Taux de conversion des objectifs en fonction du nombre d’utilisateurs, du nombre de sessions et du taux de rebond

À vous ensuite de les classer dans les bonnes cases du tableau (pages à fort trafic et à fort taux de conversion, pages à faible trafic et à fort taux de conversion…).

Dans l’exemple ci-dessus, vous pouvez voir que les pages ne convertissent pas bien. Certaines vont donc se classer dans la catégorie des pages à fort trafic et faible taux de conversion tandis que d’autres vont plutôt se classer dans la catégorie des pages à faible trafic et faible taux de conversion.

Dans cet exemple, malgré des chiffres quelques peut décevants, cela nous réconforte dans l’idée qu’une refonte est plus que nécessaire.

2. Quelles sont les personnes qui visitent votre site Web ? Et pourquoi ?

Avoir conscience de qu’elles sont les personnes qui votre site Web et de quelles sont leurs intentions vous permet de savoir pour qui vous faites la refonte. Cela vous aidera notamment à déterminer quelles sont vos pages qui ne répondent ni aux besoins ni aux motivations des internautes.

D’après Google, lorsqu’une personne visite un site, c’est pour l’une de ces 4 raisons :

  • Elle est curieuse et cherche à se renseigner sur votre marque/entreprise/projet. Par exemple, quand une personne cherche un camping pour ses vacances, elle va se rendre sur le site de plusieurs campings pour comparer les services, les prix, les activités à faire à proximité ;
  • Elle cherche à vous contacter. Pour reprendre l’exemple du camping, la personne qui visite votre site va chercher à voir où vous vous trouvez, comment vous appeler, comment vous envoyer un message sur les réseaux sociaux ou via email, etc. ;
  • Peut-être que cette personne cherche à apprendre à faire quelque chose avec l’un de vos produits ou l’un de vos services ;
  • Enfin, peut-être que cette personne et prête à acheter et c’est pour cette raison qu’elle se rend sur votre site Web ;

Quelles sont les intentions des personnes qui se rendent sur votre site ? 

Encore une fois, grâce à Google Analytics, vous pouvez obtenir des données sur l’âge et le sexe de vos visiteurs, leurs centres d’intérêts, leur situation géographique, les appareils qu’ils utilisent pour se rendre sur votre site Web et tout un tas d’autres informations intéressantes !

Capture d'écran de la synthèse géographique donnée par Google Analytics

Si vous n’en avez pas encore, il serait judicieux de dresser des personas avant de procéder à une refonte. Cela vous sera utile pour continuer de suivre les étapes proposées dans ce guide.

Pour identifier vos personas, je me permets de vous rediriger vers cet article extrêmement complet.

3. Identifier ce qui fonctionne et ne fonctionne pas sur votre site Web

Une fois que vous avez déterminé les pages les plus importantes et pourquoi les personnes viennent sur votre site, vous devez identifier absolument tous les éléments qui fonctionnent et ne fonctionnent pas.

En d’autres termes, vous devez faire le lien entre le comportement de vos clients et les performances de votre site Web afin de savoir ce qu’il va falloir supprimer ou simplement repenser. 

C’est la partie la plus difficile de ces 6 points. Surtout si vous n’avez pas l’habitude de faire ce genre de recherches. 

Pour vous faciliter la tâche, faites appel à votre instinct, mais aussi aux commentaires des internautes (si vous en avez) ou aux autres retours que vous avez eus ces dernières années et qui concernent l’expérience sur votre site Web :

  • Y a-t-il des bugs (des pages qui s’affichent mal, des éléments qui se superposent…) ? 
  • Savez-vous ce que les gens aiment et n’aiment pas sur votre site ?
  • Est-ce que tous vos boutons d’appels à l’action fonctionnent correctement ?
  • En fonction des données que vous avez à votre disposition, qu’est-ce qui empêche les internautes de se convertir en clients ou en prospects ?
  • Qu’est-ce qui créer le doute ou la frustration ?

Finalement, tout ça pourrait se résumer en une seule question : qu’est-ce qui empêche les internautes de mener à bien les actions qu’ils sont venus entreprendre ?

À ce stade, vous devez savoir :

  • Ce qui permet d’attirer du monde sur votre site (les pages les plus importantes, votre positionnement, etc.) ;
  • Ce que viennent chercher les internautes en se rendant sur vos pages ;
  • Les freins qui font que les internautes quittent votre site sans se convertir ;
  • Les éléments qui font que les internautes passent à l’action et/ou reste sur votre site ;

Avec toutes ces données, vous devriez commencer à y voir plus clair dans cette histoire de refonte. Vous devriez notamment commencer à voir ce qui devrait être changé, pourquoi et tout ce que cela devrait améliorer sur vos performances.

4. Quelles sont les personnes impliquées dans la refonte de votre site Web ?

Un site Web à un impact sur tous les aspects de votre entreprise. Pour cette raison, toutes les personnes qui l’utilisent doivent être informées le plus tôt possible des modifications qui vont êtres apportées.

Cela vous permet d’obtenir l’adhésion et le soutien de votre équipe tout au long du processus.

Les personnes qui travaillent avec vous pourraient également vous donner des informations précieuses que vous auriez autrement manquées. Notamment dans la partie sur les éléments qui fonctionnent et ne fonctionnent pas sur votre site Web.

Par exemple, s’il y a des commerciaux dans votre entreprise, ils vous aideront à élaborer vos personas et à vous dire ce qui ne va pas sur le site. En effet, ce sont eux qui sont le plus proches de vos clients.

5. Quels sont les indicateurs clés de performance (KPIs) qui vous permettront de savoir si la refonte a été une réussite ?

4 kpis pour suivre l'évolution de son site Web
4 KPIs pour suivre l’évolution de son site Web par Webee Digital

Sans KPIs clairs, vous ne pourraient pas déterminer si la refonte de votre site Web a été une réussite. 

Autrement dit, vous aurez l’impression d’avoir travaillé pour rien, d’avoir perdu votre temps ainsi que beaucoup d’argent.

Pour éviter ça, déterminez clairement ce que la refonte doit améliorer et pourquoi :

  • Augmentation du nombre de conversions et/ou taux de conversion ;
  • Augmentation de votre chiffre d’affaires ;
  • Nette évolution de la valeur du panier moyen ;
  • Diminution du volume de questions ou de tickets d’assistances ;
  • Augmentation ou diminution du taux de rebond (le pourcentage de personnes qui quittent votre site en ayant consulté qu’une seule page) ;
  • Nette diminution de la vitesse de chargement de vos pages ;
  • Votre position dans les SERP (page de résultats d’un moteur de recherche) ;

Bien qu’une bonne refonte doit modifier de manière positive une bonne partie des indicateurs clés de performance cités ci-dessus, choisissez-en quelques-uns qui soient cohérents avec les objectifs de votre refonte. 

6. Refonte de site Web : quoi changer et comment le changer ?

Au risque de me répéter ; lors d’une refonte, on ne modifie pas forcément tout le site de A à Z. On cherche simplement à l’optimiser. 

Vous devez vous concentrer sur les petits changements qui vont apporter de grands résultats. Pour cela, apportez des modifications mineures, attendez et tirez des conclusions de vos résultats.

Une bonne refonte consiste avant tout à mettre en place des tests A/B 👍.

Reprenez ce qui fonctionne et ne fonctionne pas actuellement sur votre site Web (cf. partie 3 de ce chapitre) et reprenez les indicateurs clés de performance que vous avez précédemment déterminés.

Cherchez quels tests A/B vous pourriez mettre en place pour faire en sorte que ce qui ne fonctionne pas fonctionne mieux et vous permette de vous rapprocher de vos objectifs de refonte.

Par exemple, imaginons que votre landing page ne convertisse pas assez. Vous vous demandez si mettre des avis clients sur cette page permettrait de rassurer vos prospects et de les aider à passer à l’action en donnant leur adresse email ou en achetant chez vous.

Si vous êtes sur WordPress et que vous utilisez Divi, vous pourrez facilement créer une copie de votre landing page en rajoutant les avis clients et faire en sorte de montrer cette nouvelle version à 50% de vos visiteurs.

Vous devrez ensuite générer du trafic sur ces deux versions afin d’avoir assez de données pour déterminer celle qui convertit le mieux.

Taux de conversion de la landing page

Attention, ce n’est pas parce que l’une de vos deux versions à un meilleur taux de conversion que c’est forcément la meilleure. Dans l’A/B testing, il est important également de prendre en compte la significativité statistique. 

Cela correspond au degré de probabilité — exprimé en pourcentage — selon laquelle la différence entre la version de base et la version de test n’est pas le fruit du hasard ou d’une erreur.

Si la valeur statistique d’un test A/B vous intéresse, je vous renvoie à cet article.

À ce stade, commencez simplement à écrire une liste des potentiels tests à mettre en place sur votre site.

Définissez la stratégie de refonte de votre site Internet

Avant de passer à l’élaboration de votre stratégie, assurez-vous que vous avez déjà une bonne compréhension des performances actuelles de votre site, que vous savez exactement ce que veulent les personnes qui se rendent sur vos pages et que vos KPIs ou autres objectifs de refonte soient bien aux clairs.

Si ce n’est pas le cas, relisez et appliquez le chapitre précédent sur les 6 éléments à prendre en compte avant de procéder à une refonte. 

Si c’est bon pour vous, vous pouvez passer à la suite.

Qu’est-ce qu’une stratégie de refonte ?

Lors d’une refonte, rien ne doit être laissé au hasard. Théoriquement, vous avez déjà commencé à récolter toutes les données importantes de votre site Internet.

À présent, il est important d’avoir conscience de la direction que vous allez prendre.

Pour cela, rien de mieux que d’élaborer une stratégie. Cette dernière vous permettra de valider, ajouter, supprimer et/ou modifier certaines de vos hypothèses, d’optimiser votre processus de création, de déterminer la durée estimée de votre refonte, etc.

Une bonne stratégie de refonte comprend 4 piliers essentiels :

  • La conception d’un nouveau « sitemap » (représentation de l’architecture d’un site Internet) ;
  • Revoir le message que vous souhaitez faire passer ;
  • La création ou l’amélioration d’un User Flow (représentation graphique des chemins qu’il est possible d’emprunter lorsqu’un utilisateur navigue sur un site Internet) ;
  • La recherche de mots clés ;

Une fois que ces piliers seront en place, vous devrez :

  • Définir un calendrier réaliste pour atteindre vos objectifs (valider vos KPIs) ;
  • Revoir votre charte graphique ;
  • Analyser les sites de vos concurrents et quelques autres sites de secteurs complètement différents ;
  • Rédiger le contenu de votre site ;
  • Créer des maquettes fonctionnelles ;
  • Intégrer les maquettes au site Web ;
  • Effectuer un audit rapide de la refonte ;

Comprendre les 4 piliers essentiels d’une refonte de site Internet

Stratégie de refonte de site Internet : 4 piliers essentiels
Stratégie de refonte de site Internet : 4 piliers essentiels

Pilier n° 1 : Un nouveau sitemap

Si vous avez suivi les étapes dans l’ordre, vous avez probablement découvert que certaines de vos pages fonctionnent très bien, tandis que d’autres pas du tout. Peut-être même que vous avez découvert l’existence de certaines pages (aïe, pas cool).

Qu’est-ce qu’un sitemap ?

Pour faire simple, un sitemap est un fichier XML sur lequel y sont rassemblées toutes les pages de votre site Web sous la forme d’une arborescence. Il permet aux robots des moteurs de recherche (les crawlers) d’identifier les pages que vous souhaitez indexer et de les lire.

Pourquoi réaliser un nouveau sitemap ?

Réaliser un nouveau sitemap va vous aider à organiser vos pages existantes, supprimer les anciennes qui n’ont plus d’intérêt pour votre entreprise et ajouter celles qui pourraient vous manquer.

C’est donc un élément qui a tout à fait sa place dans le cadre d’une refonte de site Internet. Bien que ce soit un travail qui peut être assez long, il ne doit surtout pas être négligé.

Sur Canva, il est possible d’en concevoir un graphiquement assez facilement en suivant ce lien. De mon côté, j’utilise essentiellement des outils de cartes heuristiques (mind map). 

En soi, vous pouvez vous passer de réaliser le plan de votre site de manière graphique. Mais pour l’optimiser, il est toujours plus intéressant d’avoir un visuel afin de comprendre la hiérarchie de chaque page.

Pilier n° 2 : Revoir le message que vous souhaitez faire passer

Comme nous l’avons vu tout au long de cet article, votre entreprise change au même titre que vos clients, vos salariés et/ou vos collaborateurs. Cela signifie qu’il y a de grandes chances pour que le message que vous souhaitez faire passer au travers de votre site Web change également.

Une refonte est donc l’occasion rêvée de revoir ce message marketing. Et si vous n’en avez pas encore, c’est l’occasion rêvée d’en concevoir un. D’autant plus que la réussite de votre entreprise n’est pas directement associée à la qualité de vos services, mais aussi à la clarté de votre message.

Il y a plusieurs façons de procéder pour le revoir ou le concevoir. L’approche « Story Brand » de Donald Miller est, pour le coup, assez intéressante.

Vidéo en anglais, mais très intéressante 🙂

C’est un principe utilisé dans les plus grands films hollywoodiens, mais aussi dans les plus grands livres et dans les chansons les plus célèbres.

Donc s’il permet d’avoir autant de succès, pourquoi ne pas l’utiliser sur votre site ? 

Voyons à quoi ressemble la trame d’un film, d’un livre ou d’une chanson à succès :

  • Au début de l’histoire, on rencontre le personnage principal, le héros ;
  • Ce héros rencontre un problème (un méchant) qui l’empêche d’atteindre son objectif ;
  • Le héros rencontre un guide qui peut l’aider à trouver une solution à son problème (un bon guide a deux qualités fondamentales : il comprend les peurs et les insécurités du personnage, et il a l’autorité et l’expérience pour l’aider à atteindre son objectif) ;
  • Le guide donne un plan au héros. Au début, ce dernier est confus et réticent ;
  • Le guide appelle le héros à suivre le plan. Le héros doit alors choisir de rester dans sa zone de confort ou d’adopter le plan que lui a donné le guide (en général il accepte grâce à un appel à l’action suffisamment fort) ;
  • Dans les histoires à fin heureuses, on voit généralement le héros atteindre son objectif ;
  • Dans les histoires à fin tragique, on voit généralement le héros échouer ;

Il est à noter que même dans les histoires avec des fins heureuses, l’auteur cherche à nous montrer à quoi ressemble l’échec afin que nous sachions ce qui est en jeu.

Maintenant que vous avez la recette d’une histoire à succès, remplacez le terme « héros » par votre client idéal et le terme « guide » par votre entreprise. 

Voilà votre nouveau message !

Comme vous pouvez le voir dans son approche, Donald Miller positionne les clients comme des héros confrontés à un défi les empêchant d’atteindre leurs objectifs. De votre côté, vous devez vous positionner comme le guide qui connaît leurs peurs et leurs objections et surtout, qui sait exactement comment les aider à atteindre leurs buts.

Pilier n° 3 : La création ou l’amélioration d’un User Flow 

Ce pilier est un peu long et très théorique (malgré une petite étude de cas), mais il n’en reste pas moins extrêmement important dans le cadre d’une refonte étant donné qu’il permet d’optimiser la façon dont vos utilisateurs visitent votre site Web.

Qu’est-ce que le User Flow ?

Un User Flow — flux d’utilisateurs en français — est simplement une représentation graphique de tous les chemins qu’il est possible d’emprunter lorsqu’un utilisateur navigue sur votre site.

Il ne faut pas le confondre avec le parcours utilisateur qui lui, est une représentation graphique de la relation qu’un utilisateur entretient avec un produit, dans le temps et sur différents canaux (site Web, application, boutique physique, etc.). Ce dernier prend en compte le ressenti de l’utilisateur. Il peut être important de le dresser, mais pas dans le cadre d’une refonte.

Le User Flow lui, permet de fluidifier une interface. Cela permet à un utilisateur d’atteindre plus rapidement son objectif. Il doit donc comporter notamment le nom et la description de ce qui doit se dérouler sur chaque page de votre site Web.

En d’autres termes, un User Flow est une série d’actions qu’un utilisateur entreprend — ou devrait entreprendre — pour atteindre un objectif.

💡 Si vous avez déjà un site Web et qu’il est relié à Google Analytics, vous trouverez quelques exemple de flux d’utilisateurs.

  • Audience > Flux d’utilisateurs
  • Comportement > Flux de comportement
  • Conversions > Objectifs > Flux de l’objectif
Flux d’utilisateurs Google Analytics en fonction de la source
Pourquoi faire un User Flow pour son projet Web ?

La première raison vous concerne si vous êtes designer et/ou concepteur de sites Web (et autres). En effet, le User Flow améliore grandement la communication avec le client. Ce type de présentation est très compréhensible pour les non-designers.

Il est ainsi plus facile de discuter du design et des fonctions au cours de tout le processus de conception.

Ensuite, grâce au flux d’utilisateurs, l’accent est mis sur l’expérience et les besoins de l’utilisateur et non sur les petits détails de conception dans lesquels on peut facilement se perdre.

Quoi qu’il arrive, que ce soit dans le cadre de la création d’un site ou d’une refonte, on conçoit toujours l’expérience avant l’apparence.

Enfin, un User Flow vous permet de garder des traces de vos réflexions. Lorsque vous ferez votre prochaine refonte, il sera plus agréable de vous rappeler comment et pourquoi certaines décisions ont été prises.

Comment construire son User Flow ?

Grâce aux personas que nous avons déterminé un peu plus haut dans cet article et grâce à votre message que nous avons identifié dans le pilier n° 2, vous avez la chance d’avoir une excellente base pour travailler votre User Flow.

En effet, vous devez savoir :

  • Qui est l’utilisateur qui visite votre site (théoriquement, votre client idéal) ;
  • Quel est son objectif ;
  • Quelles sont les étapes qu’il doit suivre pour atteindre cet objectif ?

Comme je le disais, vous avez déjà répondu à ces questions. Mais rien ne vous empêche d’y répondre à nouveau afin de vous assurer que vous êtes toujours sur la même longueur d’onde.

Étape 1 : Déterminer les objectifs de vos utilisateurs (et les vôtres)

Pour concevoir le meilleur flux d’utilisateurs possible, vous devez avoir la meilleure compréhension possible de votre utilisateur. Comprendre les besoins et les motivations de l’utilisateur vous permet de faire des choix éclairés lorsque vous déterminez comment amener ces derniers dans tel ou tel flow lorsqu’ils interagissent avec votre site Web.

Sur le site de Webee Digital, les objectifs des visiteurs sont multiples. Ils dépendent à la fois de la page sur laquelle ils se trouvent et de comment ils sont arrivés là :

  • Rentrer en contact avec un prestataire qui puisse les aider à développer leur projet Web ;
  • Chercher des informations pour les aider à développer leur présence en ligne (le blog) ;
  • Se renseigner sur les services que je propose ;

Ensuite, c’est à moi de déterminer mes propres objectifs :

  • Convaincre les utilisateurs de faire appel à mes services en me contactant (appel et/ou email) ;
  • Augmenter les inscriptions à ma newsletter ;
Étape 2 : Déterminez comment les visiteurs trouvent votre site Web

Si vous utilisez Google Analytics pour analyser votre trafic, vous pourrez savoir comment les gens viennent sur votre site :

  • Trafic direct (ils tapent directement l’URL) ;
  • Recherche organique ;
  • Publicité payante ;
  • Réseaux sociaux ;
  • Sites référents ;
  • Emails ;
Google Analytics > Acquisition > Vue d’ensemble

Le point d’entrée est important, car il affecte ce que font ensuite les utilisateurs sur votre site. Par exemple, s’ils vous trouvent via les résultats d’un moteur de recherche, ils passeront probablement un peu de temps à regarder le contenu pour lequel ils sont venus, puis à naviguer pour en savoir plus sur vous. En revanche, s’ils viennent directement sur votre site (en tapant l’URL), ils y sont probablement déjà allés et savent exactement ce qu’ils veulent.

Les sites Web peuvent avoir plusieurs points d’entrées. Votre User Flow devra donc en tenir compte. En d’autres termes, les actions que les utilisateurs entreprendront sur votre site seront différentes en fonction de s’ils viennent du trafic direct, organique, de la publicité, des réseaux sociaux…

Étape 3 : Identifiez les informations dont vos utilisateurs ont besoin

Pour convertir vos utilisateurs en clients, vous devez leur fournir les informations appropriées au moment le plus opportun. Vous devez également déterminer les actions qu’ils doivent entreprendre à telle ou telle étape. Sinon, vous courrez le risque qu’ils quittent votre site Web sans avoir fait d’action et sans avoir trouvé de solution à leur(s) problème(s).

Pour y parvenir, mettez-vous dans la peau de votre client :

  • « Quelle action devrais-je entreprendre sur cette page si j’étais client ? »
  • « Si j’étais client, que penserais-je de cette partie témoignages et avis ? »
  • « Si j’étais client, quelles sont les informations qu’il me manquerait à cette étape ? »

Puisque vous avez déjà créé vos personas et que vous avez récolté tout un tas de données sur vos utilisateurs, cette étape est plus simple à réaliser. 

Gardez tout de même en tête que certaines personnes, pour ne pas dire la plupart, ne vont pas acheter chez vous après leur première visite sur votre site. Dans la majorité des cas, ils vont d’abord s’abonner à votre newsletter, lire vos emails, revenir sur votre site, de nouveau lire vos emails et seulement là, ils deviendront clients.

Un abonnement à votre newsletter représente donc une action dans votre User Flow.

Étape 4 : Modéliser votre flux d’utilisateurs

Vous connaissez à présent les objectifs de vos utilisateurs, les actions qu’ils doivent entreprendre pour atteindre vos propres objectifs et vous savez également comment ils tombent sur votre site Web. Vous pouvez passer à la modélisation.

N’importe quel outil fera l’affaire (oui, même une simple feuille A4 et un stylo). De mon côté, j’utilise Mural pour son côté ultra intuitif.

Lors de la modélisation de votre User Flow, vous devez commencer par représenter les différents points d’entrées (trafic organique, réseaux sociaux, etc.). Ensuite, déterminez le contenu de la page de destination et toutes les décisions que devra prendre votre client sur celle-ci.

[Étude de cas] User Flow pour le site Internet d’un camping

Imaginons que le directeur d’un camping dans le sud de la France me contacte pour procéder à une refonte de son site Web. L’objectif commercial est d’inciter les gens à réserver un emplacement ou un bungalow.

La première chose que je ferais serait de parler au directeur et d’apprendre tout ce que je peux sur son entreprise et ses clients. Ensuite, je compilerais une liste de questions à poser à leurs 20 derniers clients (dont l’expérience d’achat est encore fraîche).

Le but est de vraiment comprendre le client et son approche pour réserver dans ce camping.

Nous avons besoin de savoir :

  • Pourquoi veulent-ils réserver dans ce camping ;
  • Quel sera leur type de vacances ;
  • Les qualités les plus importantes que les hébergements doivent avoir ;

Ils ne prendront pas de décision d’achat tant que le site n’aura pas répondu à toutes ces préoccupations.

Mon client, le directeur, me dit qu’il recherche du trafic organique. Cela signifie que je dois cartographier les flux d’utilisateurs depuis la page d’accueil (trafic direct et SEO) et directement depuis les pages de présentation des emplacements et des bungalows (trafic SEO longue traîne, liens directs et mentions).

En raison de la nature du produit, nous opterions pour un achat direct dans le processus de vente à la place de préparer les prospects avec une newsletter.

Voici une ébauche du User Flow :

Ebauche d’un User Flow pour le site Internet d’un camping

Il est extrêmement simple et se base uniquement sur le chemin principal emprunté par les utilisateurs. En réalité, les actions menées sur la page d’accueil sont beaucoup plus nombreuses (visite virtuelle du camping, clique sur la page des services proposés, clique sur la page des infos pratiques, etc.).

Je vous invite à partager vos diagrammes de flux d’utilisateurs avec les parties prenantes et à discuter des ajustements à apporter. 

Pilier n° 4 : La recherche de mots clés

Analyse du mot-clé "camping sud de la France" avec l'outil Free Keyword Generator de Ahrefs
Analyse du mot-clé « camping sud de la France » avec l’outil Free Keyword Generator de Ahrefs

La recherche de mots clés est une étape importante dans l’optimisation de votre nouveau site. En effet, elle va vous permettre de savoir exactement ce que vos visiteurs recherchent. 

Connaître les termes recherchés par vos clients idéaux vous permet d’utiliser ces mêmes termes lorsque vous rédigerez le contenu de votre site. Cela vous aidera non seulement à mieux vous classer dans les moteurs de recherche, mais aussi à mieux résonner auprès de vos utilisateurs lorsqu’ils se trouveront sur votre site. 

La recherche de mots clés demanderait un article complet de plusieurs milliers de mots. Celui-ci étant déjà assez long, je vous laisse vous renseigner sur le sujet grâce à cet article de Lucie Rondelet.

Définir un calendrier

4 points pour planifier un projet de refonte de site Internet
4 points pour planifier un projet de refonte de site Internet

À ce stade, vous savez ce que va vous apporter votre refonte en termes d’acquisition de clients, de trafic ou encore, en termes de chiffre d’affaires. Vous avez également commencé à poser les bases de votre stratégie de refonte.

Ces bases (les piliers) sont évolutives. Vous pouvez les modifier à tout moment. Et d’ailleurs, je vous y encourage fortement.

À présent, il est temps de planifier tout ça.

Le défi réside ici dans le fait que vous devez trouver une durée idéale. En effet, une refonte demande du temps. Une durée trop courte vous obligerez à brûler certaines étapes importantes.

La durée idéale dépend de la taille de votre site Web, de la taille de votre entreprise et de si les décisions vous reviennent ou que vous devez attendre l’approbation des décisionnaires.

En théorie, vous devriez consacrer 2 à 5 mois à votre refonte.

(nous le verrons plus tard, mais en réalité, c’est bien plus que ça)

Vous pourriez élaborer un calendrier en fonction de vos événements à venir (salon, lancement de produit ou encore, la période de réservation si on reprend l’exemple du camping).

Revoir votre charte graphique

Une charte graphique est l’un des éléments les plus importants dont dispose une entreprise. Si vous n’en avez pas, c’est le moment d’en créer une.

Pour la réaliser, vous devez :

  • Connaître votre message (nous l’avons déjà défini, ouf !) ;
  • Élaborer un guide de style ;

Une charte graphique à jour vous permettra de vous assurer que ce que vous voulez que votre entreprise dise et ce que vous communiquez réellement soient alignés.

Connaître votre message

Nous l’avons déjà mentionné dans le pilier n° 2 de votre stratégie de refonte. Si vous ne l’avez pas encore construit, c’est le moment de le faire.

En effet, si vous ne savez pas qui vous êtes et ce que vous vendez, votre refonte sera au mieux, imparfaite, et au pire, totalement inexacte. 

Élaborer un guide de style

Un guide de style documente tous les éléments visuels de votre entreprise. Il s’agit de :

  • La typographie ;
  • Votre palette de couleurs ;
  • Le logo ;
  • Les traitements de vos images (si vous n’utilisez pas d’images libres de droits) ;

Votre typographie envoie-t-elle le bon message ? Par exemple, la typographie ITC Serif Gothic Heavy utilisée pour le film « Halloween » de John Carpenter ne conviendra sûrement pas au site Web d’un restaurant gastronomique.

Veillez à garder une certaine cohérence et à faire en sorte que chaque élément s’aligne avec le message que vous souhaitez faire passer.

Une fois votre charte graphique prête, il est temps de commencer à chercher un peu d’inspiration pour votre nouveau design.

Faire une analyse concurrentielle (mais pas uniquement)

Vous allez enfin pouvoir commencer à penser au design de votre futur site Web.

Toutes les étapes que nous venons de voir étaient importantes dans le sens où il est primordial que ce soit la stratégie qui dicte votre refonte, et non l’inverse. De même, penser à la bonne stratégie à adopter avant de toucher à votre site Web permet d’accélérer le processus de la refonte en la rendant plus efficace.

Durant cette nouvelle étape, vous allez recueillir de l’inspiration en matière de design. 

Pour cela :

  • Rendez-vous sur le site Web de chacun de vos principaux concurrents ;
  • Cherchez d’autres sites Web en dehors de votre secteur d’activité, mais qui sont inspirants de par leur design ;

Cela va vous permettre de voir ce qui se fait dans votre industrie, mais également ailleurs. 

Peut-être que vous allez vous rendre compte que vous êtes la seule entreprise de votre secteur à ne pas proposer de chatbots à vos utilisateurs (bouuuuh !).

Notez toutes les choses intéressantes que vous voyez afin de nourrir votre inspiration (nouvelles fonctionnalités, les sentiments que le visiteur doit avoir quand il arrive sur votre site, les images et/ou graphiques que vous devriez utiliser).

Utiliser Pinterest pour stocker ses idées de design, typographies, couleurs…

Lorsque je travaille pour un client et que je ne connais pas bien son secteur d’activité, j’aime aller sur le site de chacun de ses concurrents et prendre des captures d’écrans de tout ce que je trouve intéressant. Ensuite, je mets ces captures d’écrans dans un tableau privé sur Pinterest et je me retrouve avec un début de « moodboard » auquel je peux accéder depuis mon ordinateur, ma tablette et mon téléphone.

Ainsi, dès que je pense à quelque chose qui pourrait être intéressant d’intégrer au projet (typographie, échantillon de mise en page, palette des couleurs…), je l’ajoute à ce tableau.

Rédiger le contenu de votre site

Cela dépend des personnes, mais généralement, ce n’est pas la partie la plus rigolote. Cela dit, grâce à tout le travail que vous venez d’effectuer, la rédaction de vos contenus va être beaucoup plus facile.

Si je vous demande de le faire avant de vous occuper du design, c’est parce que c’est à votre design de s’adapter à votre contenu et non l’inverse. Votre design est simplement destiné à améliorer votre message.

Rappelez-vous que même si la première impression d’un site Web par une personne est basée sur des éléments visuels, c’est un contenu solide et utile qui la maintiendra engagée et qui la convertira en client(e).

Par contenu j’entends :

  • Les pages vitrines (la page d’accueil, la page à propos, la page de contact…) ;
  • Les FAQs ;
  • Vos principaux articles de blogs ;

Pensez toujours au message que vous souhaitez faire passer et souvenez-vous du principe « Story Brand » de Donald Miller (le héros, votre client, a un problème et vous, le guide, l’aidez à le résoudre).

Concentrez-vous surtout sur les 20% de vos pages qui vont vous apporter 80% des conversions :

  • La page d’accueil ;
  • Les détails de vos services ou de vos prestations ;
  • Vos prix ;
  • Une landing page vers l’un de vos Livres blancs ;

Lors de la création de votre contenu, assurez-vous de rechercher constamment des opportunités pour éduquer vos visiteurs. Pour cela, ajoutez :

  • Contenu premium comme des livres électroniques, des livres blancs et des guides d’achat ;
  • Des vidéos ;
  • Un peu de preuve sociale telle que des témoignages, des avis de clients et des études de cas ;

Ce sont des atouts puissants qui peuvent être utilisés pour éduquer et informer vos prospects et les faire progresser tout au long du processus d’achat.

Créer des maquettes fonctionnelles

Si vous êtes comme moi et que vous avez horreur de la théorie, vous allez enfin pouvoir voir tout votre travail prendre forme sous le forme de…

… wireframes !

Ce sont simplement de simples dessins qui montrent comment vous souhaitez disposer le contenu sur chaque page.

Intégrer les maquettes au site Web

L’intégration des maquettes à votre site Web est la dernière étape d’une refonte.

C’est aussi ma préférée, mais ce n’est pas le sujet 😊.

Encore une fois, ne vous précipitez pas.

Au fur et mesure que l’intégration se fait en HTML, CSS, PHP (ou No-Code), veillez à ce que toutes les fonctionnalités fonctionnent correctement que vous soyez sur un grand écran, un ordinateur portable, une tablette ou un smartphone. Mais aussi en fonction du navigateur sur lequel vous testez les fonctionnalités (Chrome, Firefox, Opera, Edge, Brave, Qwant…).

Votre site doit s’afficher exactement comme prévu afin de garantir à vos utilisateurs une expérience entièrement optimisée.

Si vous utilisez Google Analytics, vous pouvez voir quels appareils et quels navigateurs vos utilisateurs utilisent le plus. Concentrez vos tests sur ces derniers.

Effectuer un audit de la refonte avant le lancement

Vous en avez enfin terminé avec votre refonte ! Après des mois de préparations, de questionnements, d’analyses, de planification, de conception et de développement, votre nouveau site est enfin prêt.

Il ne vous reste plus qu’une dernière étape ; vérifier que votre site est en ordre et prêt à fonctionner.

C’est déjà ce que vous avez commencé à faire à l’étape précédente, mais ici, vérifiez que :

  • Vous n’avez pas de liens morts (un lien qui redirige vers une page qui n’existe plus) ;
  • Que vos redirections 301 sont toutes définies ;
  • Vous avez correctement renseigné la métadescription, le métatitre et le slug de chacune de vos pages ;
  • Que toutes vos images sont optimisées (taille, texte alt, titre) et qu’elles sont bien toutes cohérentes avec le texte ;

Si c’est fait, vous pouvez vous servir un verre, cliquer sur publier, vérifier que toutes vos pages s’affichent correctement et que votre sitemap à bien été envoyé à la Google Search Console.

Toutes mes félicitations ! 👏

(mais ce n’est pas encore tout à fait terminé)

Une refonte de site Internet n’est jamais vraiment terminée

Si elle n’a jamais été faite — ou si elle a été faite, mais il y a longtemps — il est vrai qu’une refonte de site Internet peut sembler être insurmontable en termes de charge de travail.

Mais une fois faite, votre site Web se transformera enfin en un outil de prospection et de vente efficace au service de votre entreprise et surtout, de vos clients. Toutes mes félicitations 👏.

Cependant, attention ! 

Le travail ne s’arrête pas là. En effet, vous devez maintenant mettre en place des process pour :

  • Collecter et examiner vos données utilisateur ;
  • Planifier des tests A/B ;
  • Améliorer le parcours utilisateur ;

Vous serez ainsi en capacité d’optimiser votre site jusqu’à ce que vous atteigniez vos objectifs, puis que vous en définissiez de nouveaux.

Pour la plupart des sites Web que je gère (#tous), je créer des rapports sur Google Data Studio. Ils me permettent de mettre en forme les taux de conversion, le classement des mots clés, la vitesse du site et me donnent également une idée des pages à désindexer (pratique).

Tous les tests et les modifications que vous apporterez à votre site Web au cours des prochains mois vous éviteront d’avoir à refaire le travail fastidieux d’une refonte complète. 

C’est ce qu’on appelle une refonte évolutive.

D’autant plus que les tendances, les technologies et les normes d’accessibilité changent constamment. De ce fait, les éléments qui fonctionnaient au moment de la refonte pourraient ne plus fonctionner 12 mois plus tard. 

Pour éviter de vous en rendre compte dans 12 mois, mettez en place des tests A/B et modifiez les pages de votre site tout au long de l’année.

Bonne refonte !